Aventure·Critique·Historique

Damné 01: L’héritage des cathares

Auteur: Hervé Gagnon
Année: 2012
Maison d’édition: Éditions Hurtubise
Pages: 420


Résumé
1185, l’enfant du seigneur de Rossal naquit. Malheureusement pour le petit Gondemar, celui-ci vint au monde voilé. Ce qui représente une existence maudite. Avant même qu’il n’ait émis son premier cris, plusieurs personnes voulurent sa mort. Cependant, Florent de Rossal refusa in extremis. Il décida de le garder simplement pour avoir un héritier. C’est dans cette ambiance de crainte et de mépris que grandit Gondemar. Les seules personnes qui l’approchèrent malgré les superstitions, furent sa mère, le père Prelou et Pernelle. Mais un terrible évènement survint et changea le garçon à tout jamais. C’est alors qu’il rencontra Bertrand de Montbard, ancien templier, engagé comme maître d’armes afin de protéger Rossal.   Après des années d’entraînement, Gondemar devint un combattant redoutable et prit peu à peu le pouvoir de Rossal. Jusqu’au jour où il est assassiné. Contre toute attente, après un séjour en enfer, il fut renvoyé sur Terre avec une mission précise: protéger la Vérité.

Mon opinion
J’ai été agréablement surprise par cette lecture. D’habitude, je n’aime pas les œuvres ayant pour thème principal la religion, mais là, je dois dire que j’ai tout de suite embarqué dans l’histoire. L’action vient rapidement et les parties descriptives ne sont pas trop longues et récurrentes. L’auteur nous donne juste assez de détails pour que nous puissions nous imaginer l’histoire, sans que cela devienne ennuyant. Le seul bémol sur ce point est la fin. Il y a beaucoup plus d’informations et c’est très condensé. Cependant, ce détail ne gâche pas mon appréciation générale du livre.
Le récit m’a gardé en haleine tout le long de la lecture. Les retournements de situation sont très bien amenés, même si certains passages sont prévisibles. Dans cette histoire, Hervé Gagnon a su bien maîtriser le sujet des conflits entre le Pape et les « hérétiques » pour que ce soit compréhensif pour tous. Et j’apprécie aussi le fait qu’au début, nous ne savons pas quel est le bon ou le mauvais camp. Ce qui nous fait émettre des hypothèses sur « qui sert la bonne cause? » ou encore « est-ce que ce geste est bien justifié? ». J’aime bien cette petite liberté ^^
Pour ce qui est des personnages, ils sont pour la plupart imprévisibles et l’écrivain nous fait ressentir une panoplie d’émotions envers le protagoniste de ce récit. Parfois, j’ai eu de la pitié pour Gondemar qui doit porter les lourdes conséquences de ses actes, mais j’ai aussi ressenti du profond mépris et de la joie à son égard. Malgré cette prouesse de l’auteur, j’aurais bien aimé en apprendre un peu plus sur ce mystérieux Bertrand de Montbard, mais peut-être qu’Hervé Gagnon nous réserve ces informations dans le deuxième tome…

Malgré les quelques points négatifs, j’ai beaucoup apprécié ce livre. Les clichés du héros avec le cœur sur la main sont renversés, et ça fait plaisir à voir 😉

Critères
21/25 = 84%

  • Couverture: 1/1
  • Personnages: 5/6
  • Intrigue: 5/7
  • Longueur: 5.5/6
  • Originalité: 4.5/5
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s